Je vous ai donné dans un précédent article ma méthode pour réussir mes résolutions.

Je me suis moi aussi pliée à l’exercice des objectifs de début d’année, et j’ai envie de partager avec vous le résultat sur une de mes résolutions : rester calme le matin quand je m’occupe de mes enfants (tout en étant à l’heure à l’école).

Cet objectif me semble intéressant parce qu’il est à la fois tout à fait commun (de nombreux parents trouvent les matins frustrants) mais aussi complexe : la réussite dépend grandement de mes enfants (et donc de ma capacité à trouver une stratégie qui fonctionnera avec eux), et les contraintes sont multiples :

  1. être à l’heure à l’école,
  2. être calme (et idéalement partager un moment agréable en famille),
  3. rendre mes enfants aussi autonomes et responsables que possible (je ne veux pas tout faire à leur place),
  4. rester dans un parentage sain : pas de chantage, pas de munipulation à leurs dépens.

Contexte

J’ai deux garçons de 4 et 6 ans. Comme la plupart de leurs semblables, ils ont mieux à faire le matin que de se préparer pour aller à l’école : rester au chaud sous la couette, jouer, se cacher, faire des devinettes, dessiner, raconter des histoires, se lancer leurs chaussettes, etc.

Alors que moi, j’ai surtout envie qu’ils se préparent en étant aussi autonomes que possible et qu’on arrive à l’heure à l’école. Pour y arriver, je passe mon temps à les pister et ça me pèle les nerfs !

Le plus souvent, j’arrive à tenir la contrainte n°1 en faisant des concessions sur les 3 autres… Pas satisfaisant.

Le cadre étant fixé, déroulons la méthode :

1- un objectif précis et réaliste

Il est illusoire d’espérer rester calme TOUS les matins. Pour être réaliste, je vais donc commencer par viser 3 matins sur 6 (le dimanche est plus cool). C’est précis et réaliste.

2- que vais-je gagner à atteindre mon objectif ?

  • J’aurai plus de plaisir à m’occuper de mes enfants.
  • J’aurai une meilleure image de moi en tant que maman : je me sentirai plus efficace, et je n’aurai plus l’impression de ternir leur confiance en eux en criant et râlant.
  • J’aurai moins de stress donc moins de fatigue, et j’aborderai donc ma journée de travail dans de meilleures conditions.

3- Freins, obstacles et inconvénients à atteindre mon objectif

  • Le premier frein que je vois, c’est la force de l’habitude : ce mode de fonctionnement (ils traînent, je m’énerve) est bien ancré chez eux comme chez moi.
  • Je vais devoir accepter que mes enfants ne se plient pas à mon rythme et respecter le leur. Ca peut sembler simple à dire, pas forcément à faire.

4- Ressources nécessaires

  • Je vais avoir besoin de mes compétences de coach pour analyser la situation et élaborer une stratégie adaptée.
  • Il va me falloir de la patience et de la souplesse : ma stratégie ne va pas marcher du premier coup, il faudra que je persévère et que je m’adapte.

5- Délai

Je veux atteindre mon objectif d’ici la fin mars.

6- Plan d’actions

Je pense que je dois leur laisser plus de temps pour se préparer : ils ont manifestement besoin de pouvoir combiner préparation et jeux/rêverie.

a) les lever plus tôt. Pour le moment, c’est moi qui les réveille. Je ne tiens pas tellement à me lever plus tôt moi-même. Il y a  des jours où je saute du lit, et d’autres où j’ai du mal à émerger… En revanche, je peux mettre dans leur chambre une chaîne/réveil  qui leur passe des chansons dynamiques pour les réveiller avant que j’aille les sortir du lit. On peut facilement gagner 10 minutes comme ça.

b) bien préparer leurs affaires la veille. Je ne le fais pas toujours, et ça me fait des choses en plus à faire le matin. Je peux même leur proposer de préparer leurs affaires eux-mêmes : ils seront peut-être contents et fiers de le faire.

c) avoir mes propres affaires prêtes pour être plus disponibles pour eux : souvent les enfants « tortillent » uniquement pour attirer notre attention.

7- Première action

Dès cet après-midi je vais leur proposer cette nouvelle organisation, et les laisser participer à l’installation de la chaîne et au choix du CD pour demain matin.

Et hop, je m’y mets ! Et je vous ferai le bilan de ce plan d’actions dans quelques semaines.

Vous aimerez peut-être :