Lorsque je parle d’amour de soi dans mes conférences, il y a en gros deux types de réaction :

  1. Ceux qui dodelinent pour dire « Oh oui, l’amour de soi, c’est primordial. J’en manque et je me rends bien compte comme ça fait mal ! »
  2. Ceux qui sont gênés par l’idée même de s’aimer soi-même. Ceux-là ont été biberonnés avec des croyances comme : « Dire qu’on a des qualités, c’est prétentieux. C’est mal de s’aimer soi-même. Il faut aimer les autres. Les autres sont plus importants que moi. »

De fait, je constate que la plupart des gens ont appris à aimer leur prochain, mais rares sont ceux qui s’aiment vraiment eux-même ! Et pourtant, on le verra plus loin, c’est indispensable pour aimer et être heureux.

 

aimer soi meme

C’est quoi, l’amour de soi ?

S’aimer soi-même, ce n’est pas être narcissique ou prétentieux.

C’est reconnaître ses talents, ses réussites… au même titre que ses défauts et ses erreurs.
Arrêter de vouloir être ce qu’on n’est pas, pour enfin être pleinement ce que l’on est et exploiter au maximum le potentiel, les idées, les qualités dont la vie nous a dotés.
C’est simplement s’accepter tel que l’on est, sans complaisance, mais aussi sans sévérité excessive.
Après tout, on va vivre avec soi jusqu’à la fin de ses jours, alors autant que ça se passe bien !

Souvent, on remarque plus facilement nos défauts et nos erreurs que nos qualités.
Faites le test vous même : faites une liste de 10 qualités et 10 défauts que vous vous reconnaissez. Qu’est-ce qui vous vient le plus facilement : défauts ou qualités ?

Nous sommes tous bourrés de qualités et de talents, même si on ne s’en rend pas forcément compte (voir cet autre article sur le même sujet).
Vous aussi. Oui, vous qui êtes là à me lire, vous en doutez peut-être mais vous êtes formidable. Je vous jure !

Pourquoi c’est si important de s’aimer soi-même ?

Imaginez la vie d’une personne qui se trouverait bête, moche, inintéressant, maladroit, incompétent. Imaginez ses journées, ses relations avec les gens, son travail, sa vision de la vie. Sentez-vous comme la vie de cette personne doit être un calvaire ?

Maintenant, représentez-vous la même personne qui se sentirait raisonnablement intelligente, suffisamment avenant pour séduire, qui aurait trouvé un domaine professionnel dans lequel elle est compétente (voire douée), etc. C’est la même personne, mais sa vie sera bien plus agréable et heureuse avec cette vision d’elle-même.

J’en vois dans le fond qui pensent qu’on ne peut décider de se trouver bête ou intelligent : on est l’un ou l’autre, objectivement, ça ne se décide pas ; idem pour les autres qualités. En fait, tout dépend à qui l’on se compare. On peut toujours trouver plus intelligent, beau , doué que soi. Mais la vision qu’on a de soi-même est profondément subjective. Si vous vous comparez à la crème de la crème, vous vous trouverez nul. Comparez-vous à la moyenne, et vous verrez que vous avez des qualités !
Voici une anecdote qui illustre cette idée : lors d’une interview, un journaliste raconta à Anémone un sondage qui indiquait que 2% des mâles français la choisiraient pour passer une nuit, contre environ 50% pour Monica Bellucci. Du point de vue du journaliste, c’était un peu vexant pour Anémone, surtout comparé au score de Monica Bellucci.  Et Anémone eut cette réponse merveilleuse : « Mais vous vous rendez compte du nombre d’hommes que ça représente ?! Je n’aurais pas assez d’une vie pour les contenter tous ! »

Comme Anémone, portez votre attention sur les opportunités qui s’offrent à vous, sur ce que vous êtes capables de faire, et vous en serez bien plus heureux.

J’expliquerai la semaine prochaine que tout le monde peut apprendre à s’aimer, et comment s’y prendre. Restez branchés !

Vous aimerez peut-être :