Internet en général, et facebook en particulier, fleurit en ce moment de messages vantant les mérites du lever à 5h30 et de challenge pour nous inciter à nous y mettre. L’objectif est de gagner du temps pour soi, où l’on va pouvoir lire, danser, faire du sport, siroter une infusion bien chaude en regardant tranquillement le soleil se lever…

pas lever 5h30-2

Autant cet objectif est honorable et va dans le bon sens, autant le moyen proposé pour y répondre me paraît totalement inapproprié.

En effet, nous avons tous besoin de temps « non opérationnel », passé à rêvasser . Notre cerveau en a absolument besoin pour de reposer. Or dans notre société où l’on en fait toujours plus, où les progrès technologiques nous ont permis non pas de nous reposer plus mais de faire plus de choses dans une journée, où le farniente est perçu comme une paresse, où l’on s’occupe même quand on attend à une caisse de supermarché, où chaque seconde de vide est remplie grâce à Candy Crush, on manque cruellement de temps de rêverie !

Notre cerveau est en surchauffe, on a de plus en plus de mal à se concentrer, à mémoriser, à réfléchir. Et les deux semaines de vacances d’été ne suffisent en général pas à nous reposer totalement, surtout quand on emmène son smartphone au bord de la piscine.

Pour autant, nous avons aussi physiologiquement besoin de dormir pour reposer notre tête et notre corps, et certains scientifiques s’alarment déjà de notre manque de sommeil chronique. Hors exception, nous ne sommes pas programmés pour nous réveiller à 7h, et encore moins à 5h30 ! Donc choisir de se lever plus tôt (et de se priver de sommeil) pour combler son besoin de temps non opérationnel, c’est déshabiller Pierre pour habiller Paul : ça ne résout pas le problème, ça ne fait que le déplacer.

pas lever 5h30-3

Pour résoudre ce problème durablement, il faut reprendre les choses à la base, comme je suis moi-même en train de le faire en ce moment : analyser le contenu de ses journées / semaines, optimiser ce qui peut l’être, définir ses priorités, faire des choix.

Si cette réflexion vous intéresse, voici un petit questionnaire pour vous guider :

  1. Qu’est-ce qui est important pour vous / quelles sont vos priorités ?
  2. Dans quels domaines pouvez-vous envisager d’en faire moins de baisser votre niveau d’exigence : au niveau pro ? au niveau perso ? Éventuellement, identifiez le temps passé à faire des choses pour donner une bonne image de vous aux autres (le ménage/jardinage impeccable et fréquent, le gâteau d’anniversaire en forme de bateau de pirate qui  prend « seulement » 3 heures à faire, le temps passé à vous faire beau/belle, etc.)
  3. Quelles sont les activités que vous pourriez supprimer ou réduire ? Comment ?
  4. Est-ce que  vos tâches sont- optimisées ? Peut-être pourriez-vous mutualiser des trajets, rendre votre routine de ménage plus efficace, etc.
  5. Quels sont le moments où vous pourriez rêvasser et que vous occupez autrement ? Pensez aux files d’attente, au temps d’attente à la sortie de l’école, au petit-déjeuner, aux moments sur les toilettes …

Maintenant, définissez votre plan d’action et mettez en application 😉

 

Vous aimerez peut-être :